Tour en Sologne, encore plus d’habitants ?

Sologne

Loir-et-Cher. La commune de Tour-en-Sologne accueille continuellement de nouveaux habitants. Un développement qu’elle compte bien poursuivre, toutefois, qui ne colle pas avec le projet du Schéma de cohérence territorial et de l’agglomération, qui compte limiter la croissance des communes rurales à 20 habitants de plus par an. La cause ou le but : la protection de l’environnement.

L’évolution de la population de Tour-en-Sologne après la guerre

Commune du Loir-et-Cher, dans le Centre, Tour-en-Sologne se porte bien et ce, depuis la fin de la guerre. Si à ce moment-là, sa population est estimée à environ 468 habitants, ce nombre ne cesse d’augmenter au fil des années. En 2007, elle recense 885 habitants, contre 1 025 pour l’année 2012. Deux ans après, les chiffres sont sans doute plus importants et la commune souhaiterait désormais abriter une population encore plus grande. Pour cause, elle est continuellement aménagée de sorte à fournir à ses habitants des centres d’intérêts encore plus attrayants (commerces, espaces verts, des terrains constructibles). Néanmoins, afin que ceux-ci durent et préservent leur utilité, la communauté ne rejetterait pas des citoyens de plus.

Tour-en-Sologne, aménagé autour de ses services

Tour-en-Sologne séduit continuellement de nouveaux citoyens. La population entière y profite aussi alors spécialement d’un aménagement autour de ses services : une organisation réussie grâce notamment aux projets de la communauté de communes du Grand Chambord. Pour leur part, ses futurs nouveaux habitants auront à leur disposition suffisamment de commerces et de logements sociaux ou encore de structures HLM. Et toujours pour être mieux servis, la commune s’est aussi organisée pour leur offrir des boulangeries, boucheries, ou encore des esthéticiennes à proximité.

Tour-en-Sologne : des projets compliqués

Tour-en-Sologne, plus homogène et mieux équipée est donc prête à accueillir plus de nouveaux citoyens. Il s’agit néanmoins d’un projet qui ne cadre pas avec le Schéma de cohérence territoriale de l’agglomération. En effet, celui-ci prévoit d’ici 2030 de limiter à 20 par année le nombre des habitants supplémentaires des communes rurales. Ceci, dans le souci de mieux protéger l’environnement.

Laisser un commentaire