La future région Nord-Pas-de-Calais-Picardie est incompatible

picardie

À quelques mois de la refonte des régions, ‘France Stratégie’ annonce que la grande région ‘Grand Nord’ n’est pas homogène.

 

Dès janvier 2016, il n’existera plus que 13 régions en France. Lors de cette refonte, certaines fusions sont réalisées de force à l’image de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais qui n’approuvent pas leur mariage pour cause d’incompatibilité.

Selon les experts de l’analyse de ‘France Stratégie’, la fusion des régions permet de consolider la cohérence économique interne des nouvelles régions, ce qui favoriserait leur croissance. Mais 3 régions semblent être défavorisées par ce mariage : Centre-Val-de-Loire, Bourgogne-Franche-Comté et Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Pour calculer les relations entre départements, les responsables de l’analyse ont considéré 2 principaux facteurs : les déplacements des salariés entre départements et les relations d’actionnariat. Une région est dite ‘homogène’ lorsque moins de ¼ de ses départements subissent une ‘force centrifuge’. Il s’agit d’un phénomène qui éloigne les départements de la région à laquelle ils appartiennent. Ce phénomène est constaté en Picardie, car l’Oise est particulièrement attirée par Paris et l’Aisne entretient des liens étroits avec la Champagne-Ardenne.

Selon l’analyse, la nouvelle disposition des régions favoriserait une meilleure homogénéité, car le nombre de départements soumis à cette force centrifuge va de 24 à 16. Pour le cas du Nord-Pas-de-Calais-Picardie, elle figure dans les régions dites ‘hétérogènes’. Si des échanges intenses sont constatés entre le Pas-de-Calais et le Nord, il en est moins pour les départements de la nouvelle région. En effet, on ne constate que peu de déplacements domicile/travail entre le Nord-Pas-de-Calais et Picardie. Les habitants de l’Oise sont notamment plus attirés par l’Île-de-France, les résidents de l’Aisne et de la Somme vont travailler à Paris.

Il n’y a donc aucune homogénéité concernant cette nouvelle grande région en termes de déplacements domicile/travail et il n’y a que peu de cohérence de liens d’actionnariat. L’étude montre qu’il y a bien des relations entre le Nord et la Somme. Mais elle explique aussi que l’Aisne entretient une bonne relation avec la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne grâce aux propriétaires d’entreprises.

Avec ces forces centrifuges, l’Aisne et l’Oise sont qualifiées de départements faiblement assimilés à leur région. Cela pourrait causer un frein au développement économique de la future région. Il devient donc nécessaire que les pouvoirs publics appliquent de nouvelles politiques d’intégration, surtout en termes de transport, au risque de nuire à la politique économique régionale.

Laisser un commentaire