Les départements qui ne sont plus réellement intégrés dans leur nouvelle région

departements

Selon une étude de ‘France Stratégie’, la cohérence économique de chaque région est consolidée grâce à la division en 13 régions principales. Seuls certains départements sont soumis à une ‘force centrifuge’ de par leur situation.

Le redécoupage des régions favorise-t-il vraiment une meilleure cohérence territoriale ? Les auteurs de l’étude de ‘France Stratégie’ ont analysé les relations financières ainsi que les déplacements lieu de domicile/lieu de travail dans ces territoires aussi bien dans les échanges réalisés avec les régions voisines que dans les limites de ces nouvelles régions.

L’assimilation des départements au sein de leur région est calculée par ces relations interrégionaux. C’est à partir de la cohérence interrégionale qu’il est possible d’avoir une meilleure efficacité au niveau de l’intervention publique. Mais lorsque les départements ont des liens avec plusieurs régions, il s’agit dans ce cas d’une ‘force centrifuge’.

D’après le résultat de l’étude, la cohérence économique de chaque région est consolidée grâce à cette nouvelle division régionale, toutefois, il y a quelques départements qui entretiennent des relations financières ou économiques étroites avec des régions auxquelles ils n’appartiennent pas.

L’étude montre qu’avant ce redécoupage, il y avait 24 départements soumis à la force centrifuge dans l’hexagone. À la suite du redécoupage, il n’existait plus que 16 départements. 4 départements (Cantal, Gard, Sarthe et Orne) sont soumis à la force centrifuge au niveau des déplacements domicile-travail et de la cohérence économique.

Dans la nouvelle carte régionale, d’autres départements sont aussi soumis à cette force : Aisne, Territoire de Belfort, Nièvre, Saône-et-Loire, Gers, Pyrénées-Atlantiques, Cher, l’Oise et Eure-et-Loir.

Les auteurs de l’étude se demandent s’il serait possible d’avoir des blocs régionaux favorisant la suppression des forces centrifuges actuelles. Mais la réponse est ‘NON’, car même si les nouveaux blocs régionaux sont mis en place, d’autres régions vont créer d’autres forces centrifuges.

Avant la mise en application définitive de ce redécoupage régional en 2016, les départements peuvent encore demander à être intégrés à une autre région. Mais pour cela, il est nécessaire d’avoir l’approbation de la majorité à l’assemblé régionale auquel appartient le département, celle de la région à laquelle il souhaite appartenir et celle de l’assemblée départementale.

Laisser un commentaire