Les administrations françaises et les antivirus

administrations

Le domaine de la conception antivirus a été pendant longtemps dominé par les États-Unis et certains pays d’Asie. Il y a quelques années, des firmes et des chercheurs dans le domaine de la sécurité française ont également lancé leur proprement projet, DAVFI ou Démonstrateurs d’antivirus français et internationaux.

DAVFI, antivirus dédié aux administrations françaises

Le projet DAVFI a été mis en place dans le but d’octroyer aux entreprises ainsi qu’aux administrations françaises une solution made in France qui serait à la fois compétitive et fiable. Ce premier antivirus français ambitionne de permettre à la France et à l’Europe de disposer d’une puissance numérique dans l’univers de l’antivirus.

Le DAVFI a été conçu par l’ESIEA ou l’École Supérieure d’Informatique Electronique et Automatique, avec la participation des firmes Nov’IT, Init SYS, Qosmos, Teclib » et DCNS Research. La toute première version de DAVFI est apparue en 2014, il devait alors être disponible en version gratuite pour tous et des versions payant pour les sociétés et administrations. Cet outil pour lutter contre les menaces cybernétiques prend alors l’appellation de « Uhuru ». La finalisation de cet antivirus coïncide avec la fin du projet DAVFI.

Rappel sur ambitions de DAVFI

D’après les concepteurs, DAVFI devra proposer une rupture technologique dans la lutte antivirale. C’est L’ESIEA qui a été chargé de développer les différentes manières d’effectuer des analyses. Ces dernières ne se feraient pas seulement en effectuant des comparaisons des virus via une liste, mais impliquent des procédés innovants qui permettront à l’outil mis en place de détecter les variétés inconnues des codes identifiés ainsi que d’anticiper les actions des codes ignorés.

A l’origine ce projet de nouvel antivirus français est « open source ». L’application devait alors récupérer des briques logicielles existantes et son code serait ensuite partagé aux internautes par le biais d’une licence libre admise par la FSF ou Free Software fondation. Un antivirus libre est synonyme de qualité, car s’il y a présence de bugs, ceux-ci sont corrigés immédiatement par les développeurs.

Pour l’instant, l’antivirus Uhuru qui est né du projet DAVFI se dédie surtout aux mobiles. On attend toujours le fameux outil qui saura satisfaire les attentes en termes de sécurité des entreprises et des administrations en France.

Laisser un commentaire