Ne pas souscrire à la mutuelle collective est possible

Un salarié peut ne pas accepter de souscrire à la mutuelle collective instaurée.

La règle générale

Selon la loi, la mutuelle d’entreprise est une obligation et s’applique dès l’embauche du salarié. Celui-ci peut donc résilier son précédent contrat même s’il ne touche pas encore à son terme. Alors, l’employeur lui octroie un justificatif indiquant que l’adhésion à une mutuelle collective est obligatoire.

Les exceptions dans le contrat collectif

Le contrat collectif se montre toutefois souple à l’adhésion. En effet, le salarié peut refuser d’adhérer dès qu’il jouit déjà d’une couverture auprès d’une mutuelle individuelle et cela jusqu’à ce que son contrat touche à son terme. Mais, il doit alors prouver qu’il bénéficie déjà d’une couverture et mentionner la date d’échéance de son contrat à son employeur.

Aussi, un salarié étant couvert en tant qu’ayant-droit via un contrat de son conjoint a aussi la possibilité de ne pas adhérer à un contrat collectif au sein de son entreprise. Cela étant, le salarié doit indiquer chaque année qu’il jouit constamment d’une couverture.

Décision unilatérale de l’employeur

Lorsque le contrat collectif a été instauré par DUE (décision unilatérale de l’employeur) et que le salarié y participe financièrement, il peut refuser la souscription. Mais son refus doit être mis par demande écrite. Les apprentis peuvent notamment recourir à ce refus.

Les cas relatifs au statut de l’employé

Les salariés sous contrat CDD peuvent refuser la souscription. Si le CDD dépasse 1 an, le salarié doit fournir des preuves montrant qu’il est couvert ailleurs.

Les salariés à temps partiel peuvent refuser l’adhésion dès le moment où la cotisation à charge s’élève à plus de 10% du salaire obtenu.

Le refus à l’adhésion est possible pour un salarié qui jouit d’une aide pour l’ACS (Acquisition d’une complémentaire santé), et cela, jusqu’à ce que son contrat individuel touche à son terme.

Si le salarié travaille pour plusieurs employeurs, le contrat collectif de l’un de ses employeurs peut lui permettre de refuser la souscription à d’autres contrats. Mais il faut apporter une preuve écrite auprès de ses autres employeurs.

Enfin, un couple travaillant dans la même entreprise peut aussi être affranchi de la souscription. Seulement, l’un doit être couvert par le contrat collectif obligatoire et l’autre peut refuser la souscription sous prétexte d’être un ayant-droit.

Plus d’informations sur meilleuremutuelle.biz

La Sologne bénéficie d’une carte et d’un site web communs

Toute la Sologne pourra désormais être tenue dans les mains. En effet, la carte géographique publiée à 40 000 unités permettra de découvrir pleinement toute la région. Les premiers exemplaires seront distribués durant les ‘Journées gastronomiques de Sologne’ qui se tiendront à Romorantin le 24 et 25 octobre.

La production de cette carte, qui coûte autour de 5 000 euros, a été subventionnée par la Région et le Département. L’impression a nécessité 7 600 euros et été à la charge des 4 territoires : Cœur de Sologne, Sologne des Étangs, Sologne Côté et Sologne des Rivières.

Les 4 territoires sont représentés sur l’un des côtés de la carte. Et sur l’autre côté, on retrouve une carte de la totalité de la Sologne. Le responsable de la marque Sologne vise comme objectif d’attirer également le Cher et le Loiret ou d’autres offices dans ce projet. Cette carte a été éditée pour une année et elle va certainement évoluer. Elle sera distribuée dans les offices de tourisme afin de conseiller les visiteurs, poursuit-il.

La carte affiche les principaux lieux touristiques (hébergement, grand site, activités de loisir…), les sentiers de randonnée, les circuits en vélo… Ceux qui l’ont réalisée affirment qu’il était impossible de tout intégrer. Ainsi, durant sa conception, la priorité était la lisibilité. Ce ne sont donc que les éléments essentiels qui y ont été intégrés.

 

Un site internet en début 2016

Pour sa part, le site internet qui sera mis en ligne en début d’année permettra de rendre accessible toute la Sologne via quelques clics. GMT Editions, la société qui s’occupe du e-tourisme, a été choisie pour la conception du site internet de la Sologne. Le montant du projet s’élève à 23 000 euros.

L’entreprise interviendra sur le développement technique, la conception d’outil de gestion et l’accompagnement au niveau du référencement. Le site sera associé à une base de données régionale où 4 territoires engagés y travaillent déjà. Ce site s’accompagnera aussi de la ‘place de marché’ conçue par la Région. Elle permettra aux internautes de faire des achats ou des réservations en ligne. Ainsi, il sera possible de faire du e-commerce en Sologne.

Maurice Genevoix mis à l’honneur à la bibliothèque Abbé-Grégoire

Le 4 décembre dernier, la bibliothèque Abbé-Grégoire recevait deux comédiens qui ont repris les écrits de Maurice Genevoix.

Issus de la compagnie Matulu, ces comédiens ont prélevé plusieurs parties des romans de l’écrivain à l’instar du fameux ‘Trente mille jours’. Pendant une heure, le public a pu redécouvrir les écrits inégalables de ce grand écrivain.

Passionné par la Sologne et la nature, Maurice Genevoix ne cesse d’évoquer sa passion dans ses œuvres. Il le montre d’ailleurs dans certains de ses ouvrages à l’image de ‘La forêt perdue’, ‘Raboliot’ et ‘Rémi des Rauches’. Durant cette soirée, les deux comédiens ont choisi de narrer les atrocités de la 1re Guerre Mondiale via les œuvres de l’écrivain.

Yvoy-le-Marron et Neung-sur-Beuvron : Les établissements pour personnes âgées s’initient au numérique

Désormais, les résidents des Ehpad d’Yvoy-le-Marron et de Neung-sur-Beuvron pourront discuter sur Skype.

 

Skype fait son entrée

Cela fait quelques mois que ces deux établissements utilisent Skype. Vendredi dernier, une petite démonstration a été proposée dans l’Ehpad de Neung-sur-Beuvron avec la présence des personnalités qui ont permis d’obtenir les financements de ce projet : le président de ‘Sologne des étangs’ et du ‘Pays Grande Sologne’.

Outre les échanges entre résidents de l’Ehpad, chacun peut aussi discuter avec leurs familles qui se trouvent souvent très loin. Une telle initiative réjouit les résidents qui peuvent désormais voir leurs proches qui n’ont pas souvent le temps de venir pour les visiter.

 

Un voyage à l’étranger

Les outils numériques sont mis à disposition des ainés pour qu’ils puissent s’évader de leur isolement. En plus de pouvoir discuter avec leurs familles, ils vont aussi voyager dans d’autres pays via Google Map et d’autres sites. L’initiatrice de ce projet, Michèle Lombardi, perçoit cette inauguration comme l’arrivée d’une nouvelle commune : Skype-en-Sologne.

 

7 458 euros d’investissement

L’installation qui comprend des ordinateurs portables et fixes, une connexion Wifi et des webcams dans les 2 Ehpad a nécessité un investissement de 7 458 euros. Mais le Pays Grande Sologne a bénéficié d’une aide de 4 101 euros de l’Europe, une subvention qui entre en compte dans le programme Leader. L’initiatrice du projet avoue que ce projet permet de promouvoir les loisirs et l’animation des résidents via des activités culturelles et physiques.

Un été de fête privilégiant les spectacles

 

Des Lyres d’été fête ses 9 ans. Les réjouissances commencent samedi avec un programme d’animations au port de la Creusille.

Une nouvelle aventure ! Les habitants blésois ainsi que les touristes sont impatients d’assister à la 9e édition de Des Lyres d’été ce week-end. L’office de tourisme Blois-Chambord a choisi ‘Un été, entre Loire et Sologne’ à laquelle est jointe l’idée d’originalité.

Plus de 250 rendez-vous gratuits sont prévus jusqu’au 06 septembre pour chaque style et préférence : des spectacles aux animations familiales ainsi que des séances de découvertes à la gastronomie. À noter que Des Lyres d’été va concerner 65 collectivités pour 2015.

 

Retour de la compagnie L’intruse

L’idée de fête étant priorisée, la musique domine l’évènement avec 65 concerts prévus, dont 70% au profit des Blésois.

Après le tour de Jazzin’Cheverny cette semaine, la prochaine animation musicale sera les 5 soirées de la Guinguette en bord de Loire qui se tiendront au début de juillet. Les promoteurs prévoient un programme varié allant du rock, fusion et variété mondiale aux soirées hommages. On espère le beau temps pour faire exploser le record de participation.

La saison sera marquée par plusieurs concerts, notamment celui de la chanteuse pop Yelle le lundi 13 juillet au quai de la Saussaye ; Au Bonheur des dames le vendredi 17 au Louis-XII ; le concert rock du Grand Blanc le lendemain à la place Gaudet ; Un hommage destiné à Barbara le jeudi 30 à la salle de théâtre Monsabré ; les chansons de Nehl Aëlin le lendemain à la place Gaudet ; deux concerts pop les le 1 et le 8 août avec P. Spencer et Part-time Friends sur Ave Maria et Louis- XII et enfin une ambiance zouk avec L. Way le 15 août à l’espace Gaudet.

Outre les concerts, Des Lyres d’été rime aussi avec spectacles. Au programme, un groupe du cirque ‘100 issues’, du théâtre et des contes avec R. Faure ainsi que la compagnie des chemins.

Il faut absolument voir l’inévitable déambulation de la compagnie théâtrale. Cette fois, ‘1515, François born to be a king’ sera interprété. Le groupe sera également à l’affiche le 15, 22 et 29 juillet ainsi que le 5 et le 12 août.

Sologne : Je désapprouve votre slogan

 

Dégoûté ! Il serait inconcevable de ne pas répondre après avoir pris connaissance de votre parution de 24 mai dernier sur La marque Sologne : So intense, la marque Sologne est lancée.

Je suis narrateur et je suis un Solognot. J’adore ma nation, j’affectionne ma terre, j’apprécie particulièrement le patelin où je suis né et je ressens ce bonheur de partager, par le biais des récits, l’histoire de la Sologne partout dans le monde, de la Nouvelle-Calédonie au Liban, en Europe jusqu’au Mali. Outre les autres régions françaises que j’ai déjà eu l’opportunité de détailler. Dans ma narration, j’ai la possibilité de parler du parfum des paysages, du léger brouillard à l’aube sur les étangs. Le tout dans ma propre langue, un français par excellence, nuancé de tournures locales.

Par contre, je ne suis pas du genre à être emprisonné dans un passé inchangeable. J’ai également ce désir de recevoir des touristes venant de partout afin de leur montrer la magnificence de notre belle région. Toutefois, emprunter une expression de style anglais, je clame le refus catégorique ! Notre merveilleuse expression tricolore ne contiendrait-elle pas de vocabulaires assez développés et percutants pouvant exprimer un slogan de premier ordre ?

L’on va évidemment me dire que le So, comme l’indiquent les deux initiales de Sologne, ne traduit pas du tout ce style anglais, sauf que dans la parution, partir de « So intense » à « So beautiful » indique déjà une abnégation voire une défaillance. Dans ce cas, OUI ! nous devons nous mobiliser pour recevoir en Sologne nos proches d’ailleurs qui aimeraient bien découvrir notre richesse. Il serait même permis d’être idéaliste et d’élaborer un ‘Parc naturel’ dans le but d’améliorer et de mettre en valeur la région ! Quoi qu’il en soit, délégués hommes ou femmes et autres responsables de la sortie de ce slogan, je ne vous remercie point !

Biennale de Sologne : L’art contemporain modifie le paysage

 

Depuis 6 ans, avec le succès des 3 évènements destinés à la sculpture contemporaine et l’art environnemental, Sculpt’ en Sologne a réuni des forces potentielles pour fonder une ambition monumentale rassemblant les talents locaux et d’ailleurs.

Devenue spécialiste en la matière, l’association ‘Sculpt’ propose cette année la Biennale de Sologne, un évènement inédit et international dans le ‘Jardin des Sculptures’ qui aura comme commissaire Matthieu Corradino, penseur et expert en art.

Artistes confirmés ou en devenir, cette occasion exceptionnelle leur propose un thème et une offre diversifiée. Le public a libre accès partout tant qu’il est récepteur de ce paysage naturel exprimant des sensations inédites et imprévisibles, des relations étonnantes entre air-terre-mer.

Cette nouvelle formule rassemble 53 artistes et une centaine d’œuvres privilégiant 4 modes d’expression artistique sur le thème de l’invention de la nature.

 

L’Art Environnemental au cœur de l’évènement

Quand l’Art et la Nature forment un duo interdépendant, des expressions inhabituelles se forment sur l’eau, l’étang ou le bois. Elles seront visibles tout l’été et exposent les parties révélées comme les aspects cachés des villages solognots. D’où l’idée d’une promenade parfaite pour l’appréciation d’un visiteur esseulé ou de toute la famille.

Un parc sculptural

Le Jardin des sculptures est à la fois isolé et étendu ; une qualité précieuse donnant un espace phénoménal aux ouvrages artistiques proposés. L’itinéraire de 10 hectares abritera 53 œuvres accessibles publiquement assurant sensation, sentiment et réflexion dans cet endroit unique qu’est le château de la Motte, rendu public pendant cet évènement.

Au centre du village

Plus de 15 artistes exposent leurs ouvrages partout dans Chaumont-sur-Tharonne. Au sein de la mairie, ces œuvres seront associées aux photos ou au tableau présentés par des artistes reconnus.

Des œuvres sur bois

La production du monument par sa représentation. Les performeurs n’ont que quelques jours pour transformer le bois brut en une œuvre exceptionnelle ornementée d’accessoires chromés et brillants. Cela donne ainsi un spectacle fascinant, voire enivrant, d’une inspiration réalisée à la tronçonneuse.

Cet art de se servir de la nature par une main créative date de 200 ans. L’imagination et l’initiation sont devenues le maître-mot dans cet endroit. Ce sont aussi la mission des artistes-créateurs qui s’inspirent de cette nature généreuse. Celle-ci puise son invention dans une dimension biocénotique et traduit cette sensation par des œuvres qui, finalement, révèlent une image symbolique de l’âme tracée par la nature elle-même.

Les administrations françaises et les antivirus

Le domaine de la conception antivirus a été pendant longtemps dominé par les États-Unis et certains pays d’Asie. Il y a quelques années, des firmes et des chercheurs dans le domaine de la sécurité française ont également lancé leur proprement projet, DAVFI ou Démonstrateurs d’antivirus français et internationaux.

DAVFI, antivirus dédié aux administrations françaises

Le projet DAVFI a été mis en place dans le but d’octroyer aux entreprises ainsi qu’aux administrations françaises une solution made in France qui serait à la fois compétitive et fiable. Ce premier antivirus français ambitionne de permettre à la France et à l’Europe de disposer d’une puissance numérique dans l’univers de l’antivirus.

Le DAVFI a été conçu par l’ESIEA ou l’École Supérieure d’Informatique Electronique et Automatique, avec la participation des firmes Nov’IT, Init SYS, Qosmos, Teclib » et DCNS Research. La toute première version de DAVFI est apparue en 2014, il devait alors être disponible en version gratuite pour tous et des versions payant pour les sociétés et administrations. Cet outil pour lutter contre les menaces cybernétiques prend alors l’appellation de « Uhuru ». La finalisation de cet antivirus coïncide avec la fin du projet DAVFI.

Rappel sur ambitions de DAVFI

D’après les concepteurs, DAVFI devra proposer une rupture technologique dans la lutte antivirale. C’est L’ESIEA qui a été chargé de développer les différentes manières d’effectuer des analyses. Ces dernières ne se feraient pas seulement en effectuant des comparaisons des virus via une liste, mais impliquent des procédés innovants qui permettront à l’outil mis en place de détecter les variétés inconnues des codes identifiés ainsi que d’anticiper les actions des codes ignorés.

A l’origine ce projet de nouvel antivirus français est « open source ». L’application devait alors récupérer des briques logicielles existantes et son code serait ensuite partagé aux internautes par le biais d’une licence libre admise par la FSF ou Free Software fondation. Un antivirus libre est synonyme de qualité, car s’il y a présence de bugs, ceux-ci sont corrigés immédiatement par les développeurs.

Pour l’instant, l’antivirus Uhuru qui est né du projet DAVFI se dédie surtout aux mobiles. On attend toujours le fameux outil qui saura satisfaire les attentes en termes de sécurité des entreprises et des administrations en France.

Une manifestation contre la fusion de l’Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne

Ce dimanche, 130 personnes se sont rassemblées au Conseil de l’Europe à Strasbourg pour protester contre la formation de la grande région ALCA.

Samedi après-midi, environ 15 Alsaciens se sont mis à laver les façades vitrées du conseil régional d’Alsace afin de protester contre la refonte des régions. Dimanche, d’autres antagonistes à la fusion se sont organisés pour annoncer leur mécontentement.

Sollicités par le collectif des Alsaciens, plusieurs manifestants ont créé une ‘chaine humaine’ et se sont regroupés devant le bâtiment de l’organisation paneuropéenne. L’objectif était notamment d’avoir un soutien pour contrer cette réorganisation des régions qui prendra effet dès 2016.

Le rassemblement a aussi attiré des délégations de Lorraine et de Franche-Comté qui souhaitent exprimer leur mécontentement face au redécoupage territorial qui touche aussi leur région. Il faut rappeler que la Franche-Comté doit fusionner avec la Bourgogne et que l’Alsace doit s’associer avec la Champagne-Ardenne et la Lorraine.

Les Alsaciens qui s’étaient rassemblés se sont sentis ‘humiliés et mutilés’ par la suppression de leur région. Selon Frédéric Turon, leader du collectif qui a lancé la manifestation, la France a tout simplement ignoré la Charte européenne en matière d’autonomie locale, celle-ci qui a été paraphée par Paris durant le Conseil de l’Europe. Selon ce texte, les modifications concernant les limites territoriales locales nécessitent au préalable la consultation des collectivités concernées.

Le collectif des Alsaciens assisté par les partisans du Mouvement Franche-Comté a posé une plainte auprès du Conseil de l’Europe en espérant que celui-ci soutiendra leurs demandes. Les militants considèrent que la fusion des régions viole la Charte européenne concernant l’autonomie locale.

Du 26 au 29 mai, le Conseil de l’Europe va envoyer une délégation pour discuter avec les délégués des autorités françaises pour vérifier que le texte a bien été respecté par chaque État signataire. La délégation européenne a expliqué que cette rencontre était envisagée avant même que les plaintes des militants ne soient déposées. Lors de cette visite, des recommandations et un rapport vont être rédigés.

La future région Nord-Pas-de-Calais-Picardie est incompatible

À quelques mois de la refonte des régions, ‘France Stratégie’ annonce que la grande région ‘Grand Nord’ n’est pas homogène.

 

Dès janvier 2016, il n’existera plus que 13 régions en France. Lors de cette refonte, certaines fusions sont réalisées de force à l’image de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais qui n’approuvent pas leur mariage pour cause d’incompatibilité.

Selon les experts de l’analyse de ‘France Stratégie’, la fusion des régions permet de consolider la cohérence économique interne des nouvelles régions, ce qui favoriserait leur croissance. Mais 3 régions semblent être défavorisées par ce mariage : Centre-Val-de-Loire, Bourgogne-Franche-Comté et Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Pour calculer les relations entre départements, les responsables de l’analyse ont considéré 2 principaux facteurs : les déplacements des salariés entre départements et les relations d’actionnariat. Une région est dite ‘homogène’ lorsque moins de ¼ de ses départements subissent une ‘force centrifuge’. Il s’agit d’un phénomène qui éloigne les départements de la région à laquelle ils appartiennent. Ce phénomène est constaté en Picardie, car l’Oise est particulièrement attirée par Paris et l’Aisne entretient des liens étroits avec la Champagne-Ardenne.

Selon l’analyse, la nouvelle disposition des régions favoriserait une meilleure homogénéité, car le nombre de départements soumis à cette force centrifuge va de 24 à 16. Pour le cas du Nord-Pas-de-Calais-Picardie, elle figure dans les régions dites ‘hétérogènes’. Si des échanges intenses sont constatés entre le Pas-de-Calais et le Nord, il en est moins pour les départements de la nouvelle région. En effet, on ne constate que peu de déplacements domicile/travail entre le Nord-Pas-de-Calais et Picardie. Les habitants de l’Oise sont notamment plus attirés par l’Île-de-France, les résidents de l’Aisne et de la Somme vont travailler à Paris.

Il n’y a donc aucune homogénéité concernant cette nouvelle grande région en termes de déplacements domicile/travail et il n’y a que peu de cohérence de liens d’actionnariat. L’étude montre qu’il y a bien des relations entre le Nord et la Somme. Mais elle explique aussi que l’Aisne entretient une bonne relation avec la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne grâce aux propriétaires d’entreprises.

Avec ces forces centrifuges, l’Aisne et l’Oise sont qualifiées de départements faiblement assimilés à leur région. Cela pourrait causer un frein au développement économique de la future région. Il devient donc nécessaire que les pouvoirs publics appliquent de nouvelles politiques d’intégration, surtout en termes de transport, au risque de nuire à la politique économique régionale.